Partager cet article

Jean Pierre Coffe : la disparition d’un amoureux du terroir

télécharger en pdf (328 K0)

  Lorsque Laurent Ruquier, ami et collaborateur du défunt, annonce son décès sur les réseaux sociaux c’est avec nostalgie et humour qu’il évoque la mort du trublion : « J’aimerai tant qu’il m’engueule encore. », poste-t-il sur Twitter.

  C’est la disparition d’un provocateur qui a su transmettre des valeurs de simplicité et de naturalité. Il restera dans les mémoires avec son célèbre « C’est de la merde!», lancé lors de l’émission « la Grande Famille » sur Canal+ en 1992. Personnage atypique, il a su gagner la scène médiatique grâce à son franc parler et à sa grande culture.

Véritable touche-à-tout, il fut critique gastronomique, cuisinier, animateur télé et radio, écrivain

  Jean Pierre a grandi en Lorraine, patrie qu’il défend car riche de savoir-faire et de spécialités culinaires reconnues. Il a grandi auprès de ses deux grands-mères amoureuses des bons petits plats, et qui se défiaient constamment pour satisfaire les papilles de leur petit-fils. C’est ainsi que Jean Pierre Coffe a développé son palais et son amour pour la bonne bouffe.

À 13 ans, il se passionne pour le théâtre et débute une carrière sur les planches aux Cours René Simon à Paris. Il travaillera d’abord dans une maison d’édition, ouvrira une agence de relation publique mais le désir de partager sa passion culinaire le rattrape et il ouvre deux restaurants : la Ciboulette et le Modeste à Paris.

  C’est sa rencontre avec Michel Denisot, fondateur de Canal+ qui va le projeter dans la spirale médiatique.  En 1984, il débute à Canal+ en tant que chroniqueur culinaire. Il anime par la suite plusieurs émissions: sur France 3 (« Comment c’est fait ? » 1992-1993), sur TF1 (« Bien jardiner » 1999), et sur France 2 (« Vivement dimanche prochain » 2003-2012). Il a aussi été chroniqueur de l’émission radio « Les Grosses têtes » sur RTL, de 1990 à 2010.  Il publie une trentaine de livres tous autour de l’alimentation et de la cuisine, ainsi qu’une autobiographie, Une vie de Coffe, sorti en 2015.

  C’est son caractère insolent et provocateur qui fait de lui une célébrité : il se fait chevalier de la bonne bouffe et élève sa voix pour dénoncer les habitudes alimentaires des Français. Dans son livre « Arrêtons de manger de la merde » (édition Flammarion), il se demande comment en est-on arrivé à manger de la nourriture standardisée, sans goût, traitée aux antibiotiques. Il appelle au respect des bons produits et des producteurs. Convaincu que l’on pouvait bien manger pour pas cher, Jean Pierre Coffe appelle ses lecteurs à privilégier les produits de saison,  à cuisiner eux-mêmes leurs produits afin de s’assurer de ce qu’ils mangeaient, à varier les plaisirs et les saveurs tout en appréciant les choses simples et authentiques. Un homme qui avait fait de la malbouffe le combat d’une vie : rendons lui hommage en continuant à transmettre le message d’une alimentation saine et équilibrée qui diminue les risques de nombreuses pathologies et maintient en bonne santé.

 

Image :  » Jean-Pierre_Coffe_-_Le_Livre_sur_la_Place_à_Nancy_(21131620220) » de Wiki Commons. Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Flickr.